bub
Expositions

Les grues du monde en général et celles du Japon en particulier.

Avant première 2018

Absent des cimaises françaises depuis très longtemps, Gilbert Michaud a programmé une Exposition aussi originale qu’inattendue…

Lire la suite

 

L’arc en ciel du silence

2008, Villefranche-Sur-Mer

Assistons à l’œuvre divine. Prenons une goutte dans la mer. Nous y verrons recommencer la primitive création.

Dieu n’opère pas de telle façon aujourd’hui, et d’autre demain.

Ma doute d’eau, je n’en fais pas doute, va dans ses transformations me raconter l’univers.

Attendons et observons.

Qui peut prévoir, deviner, l’histoire de cette goutte d’eau ?

Plante-animale, animal-plante, qui le premier doit en sortir ?

Cette goutte, sera-ce l’infusoire, la nomade primitive qui, s’agitant et vibrant, se fait bientôt vibrion ? Qui montant de rang en rang, polype, corail ou perle arrivera peut-être en dix-mille ans à la dignité d’insecte ? Cette goutte, ce qui va en venir, sera-ce le fil végétal, le léger duvet soyeux qu’on ne prendrait pas pour un être, et qui déjà n’est pas moins que le cheveu premier-né d’une jeune déesse, cheveu sensible, amoureux dit si bien : cheveu de Vénus ?

Ceci n’est point de la fable, c’est de l’histoire naturelle. Ce cheveu de deux natures (végétale et animale) où s’épaissit la goutte d’eau, c’est bien l’aîné de la vie

Texte de Jules Michelet. La mer, 1861

Mythes et Symboles du cheval

1996, Office des Nations Unies, Genèves

Dans sa génération, il est hors du commun, et commun il ne l’est jamais, sachant éviter toutes les extravagances picturales, affiche d’une nouvelle époque barbouillée d’impuissance sous le signe de la stérilité.

Il a l’insolence tranquille d’affronter les maîtres d’hier, les meilleures d’aujourd’hui de sa manière rigoureuse, pour mieux répondre aux exigences de demain, sans jamais jeter de la poudre aux yeux, dispensant un philtre affectif en présentoir aux merveilles de la nature.

Lire la suite